Général

Assistance juridique liée à la naissance

Assistance juridique liée à la naissance


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les droits reconnus par les dispositions prises dans le cadre du principe de l'État social adopté par notre Constitution et conformément à la disposition relative à la discrimination positive à l'égard des femmes (mère) semblent avoir donné à la mère l'occasion de respirer un peu. Ayşe Dilek Ergüler, avocate, a déclaré: «Ces droits concernent non seulement les femmes qui veulent être mères et les femmes qui accouchent, mais également leur conjoint. Lorsque nous examinons l'ensemble de la réglementation, le point qui attire l'attention est que certains droits accordés aux mères exigent la condition de «mariage…».
Tube à essai
Pour ceux qui ne peuvent pas avoir d'enfants avec un traitement médical normal, il est nécessaire d'être marié öncelikle pour pouvoir bénéficier des possibilités offertes par SSI en matière de traitement de la procréation assistée. Afin de bénéficier du soutien de l’État aux thérapies de procréation, si l’assureur général de la santé est une femme et que son conjoint est: - Le SSI constate que les traitements médicaux normaux ne sont pas efficaces et qu’ils peuvent avoir des enfants avec méthodes de procréation assistée, - Il doit être documenté que les résultats des autres méthodes de traitement n'ont pas été obtenus au cours des trois dernières années, - Le centre médical où la demande sera présentée a un contrat avec le SSI, Vous pouvez faire jusqu'à trois tentatives.Qu'est-ce qui attend un traitement de reproduction ou une femme enceinte naturelle et son partenaire?
Conformément à la loi n ° 5510 sur la sécurité sociale et l'assurance maladie générale et à la législation du travail, il existe certaines réglementations, notamment en matière de sécurité sociale et d'employeur.Assurance maternité Premièrement, une assurance maternité est prévue pour les femmes enceintes à court terme. En vertu de cette assurance, un total de seize semaines de congé de maternité, huit semaines avant la naissance et huit semaines après la naissance, a été accordé. Si la mère le souhaite et approuve le médecin, elle peut travailler jusqu'à trois semaines avant la naissance et ajouter son congé de cinq semaines à la période de huit semaines qui suit la naissance. Ces congés sont payés à la mère par le SSI. Le montant du paiement est déterminé en divisant le salaire total perçu par le jour ouvrable de la naissance par le nombre de jours ouvrés. De cette manière, le montant moyen des gains quotidiens de la femme est calculé en prenant un congé de six semaines. Toutefois, ce paiement pour la naissance peut être pris dans les quinze jours suivant la date d'expiration du permis. Toutefois, pour cela, une assurance à court terme d'au moins quatre-vingt-dix jours est requise. Même s'il n'y a aucune notification à l'ISP pour la naissance de la femme qui travaille sur un lieu de travail, les paiements susmentionnés peuvent être effectués avec une notification, tandis qu'une période d'un mois est prévue pour les femmes qui dirigent leur propre entreprise. Si aucune notification n'est faite dans ce délai, l'institution ne fait pas de paiement à la mère qui a accouché. Le montant de l'allocation d'allaitement s'élève à 122 TL pour les travailleuses et les travailleuses indépendantes de cette année Travail pour la femme enceinte Avant l'obtention du permis de naissance, certains droits ont été reconnus aux femmes enceintes. Par exemple, une femme enceinte ne peut être employée de nuit si elle a signalé la situation à son lieu de travail. Les femmes enceintes qui ont droit à un congé payé pour des visites médicales pour cause de grossesse ne peuvent être obligées d'effectuer un travail dangereux.
Permis de lait
Dans un arrangement appelé congé de lait pour les mères qui ont besoin d'allaiter leurs enfants de moins d'un an, il est indiqué que les mères qui travaillent auront droit à une heure et demie par jour. C'est la discrétion de la mère d'utiliser ce temps pendant la journée. Il est important de noter que cette période est comptée en heures de travail. Les mères qui allaitent ne peuvent être employées plus de sept heures et demie par jour pendant les six premiers mois. Le temps d'allaitement est également inclus dans ce temps de travail prescrit. La mère qui allaite a donc le droit de travailler six heures par jour et une heure et demie d'allaitement pendant les six premiers mois. La mère ne peut pas renoncer à ce droit et être contrainte de travailler plus de sept heures et demie. De même, le travail de nuit ne peut être effectué avant un an. La mère doit donner un avis écrit indiquant quand et combien de temps elle utilisera pendant une heure et demie pour allaiter. La mère a tout intérêt à recevoir une lettre de l'employeur concernant l'admissibilité de cet avis écrit.
Enfants d'employés
La réglementation pour les mères ne s’arrête pas là. S'il y a 100 à 150 employées sur un lieu de travail sans critère, les salles d'allaitement doivent être mises à la disposition de l'employeur séparément du lieu de travail et à une distance maximale de 250 mètres du lieu de travail. Si le nombre de femmes qui travaillent sur le lieu de travail est supérieur à 150, il devrait y avoir un dortoir pour les mères allaitantes et les enfants de 0 à 6 ans. Le nombre de travailleuses recherchées pour l'allaitement et / ou la création d'un dortoir comprend les employés de sexe masculin dont le conjoint est décédé ou qui a la garde de l'enfant. Les employeurs sont tenus de créer les conditions nécessaires à l'éducation, à la santé et au développement des enfants dans ces dortoirs et salles.Prestation de naissanceAvec la naissance d'une femme, l'allocation de naissance est la pratique la plus connue parmi les incitations gouvernementales en faveur de l'enfant. Si l'enfant est le premier enfant à naître, un paiement unique de 300 TL est effectué une seule fois. À la naissance du deuxième enfant, cet incitatif est de 400 TL. Chez le troisième enfant, ce montant passe à 600 TL. Pour ce paiement, les mères qui travaillent dans le secteur public devraient s'adresser à l'institution où elles travaillent et les autres mères devraient s'adresser à SSI. Peu importe que la mère travaille ou non pour obtenir une prestation de naissance; seulement T.C. la citoyenneté et la naissance vivante suffisent pour bénéficier de ce soutien. Ce soutien juridique dépend des parents désirant aider les personnes qui ont des difficultés à prendre la décision de devenir mère…


Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos